Recherche

Présentation des îles

Sainte-Lucie… Le bijou des Petites Antilles

Sainte-Lucie fut découverte par les Espagnols au cours de leurs premiers voyages exploratoires, entre 1492 ou 1502, sans qu'ils s'y établirent. La légende laisse croire que Christophe Colomb l'aurait découverte le 13 décembre 1492 (date de leur Fête Nationale jusqu'à aujourd'hui).

Mais les premiers colons européens venus s'établir furent des Hollandais et des Anglais. Attaqués de toutes part par les Caraïbes, ils l’abandonnèrent.
En 1639, une nouvelle tentative d'implantation britannique menée par sir Thomas Warner échoua encore devant la résistance des autochtones. Durant plus de 2 siècles, la France et l'Angleterre se sont livrées à de longues batailles pour sa possession.

En effet, du XVIe au XVIIIe siècle, l'île changea 14 fois de mains !

 

Le ministre de Louis XIII, Richelieu, soucieux de suivre l'exemple des Hollandais aux Antilles, désigna en 1635 Pierre Belain d'Esnambuc comme gouverneur général de la Compagnie des îles de l'Amérique, après son implantation réussie à Saint-Christophe (aujourd'hui Saint-Christophe-et-Niévès) ; puis Philippe de Lonvilliers (chevalier de Poincy) lui succéda.

En 1639, Jacques Dyel du Parquet, gouverneur de la Martinique, acquit l'île de Sainte-Lucie.

Entre 1650 et 1795, les Français occupèrent Sainte-Lucie pendant 137 ans ; les Anglais, une quinzaine d'années.

C'est en 1814 que le traité de Paris accorda la colonie de Sainte-Lucie aux Britanniques. Pour l’Angleterre, Sainte-Lucie était une cible stratégique pour assurer la protection de la Barbade, plutôt qu’un besoin économique.

Sainte-Lucie fut incorporée dans l’Administration anglaise des «Windward Islands» (les «Îles-du-Vent») dont le quartier général fut situé à La Barbade, puis à La Grenade en 1885.

En 1838, l’esclavage fut aboli dans toutes les possessions anglaises, dont Sainte-Lucie.

De 1967 à 1979, Sainte-Lucie jouit d’une autonomie complète pour ses affaires intérieures, mais remettait sa défense et la responsabilité de ses relations extérieures au gouvernement britannique.

L’indépendance politique de Sainte-Lucie fut accordée le 22 février 1979.

La Martinique… L'île aux fleurs chargée d'histoire

D’après les archives, La Martinique est également peuplée par des Indiens en l'an 300.

Le 15 juin 1502, jour de la Saint-Martin, Christophe Colomb débarque à la Martinique au cours de son quatrième voyage vers "les Indes". Ce dernier la surnomme Madinina ou encore "l'île aux fleurs".

En 1626, à la suite de la création par Richelieu de la Compagnie des Iles d'Amérique, Liénard de L'Olive puis Belain d'Esnambuc établissent le premier contact français avec "la perle des Antilles". La conquête de ces nouveaux territoires entraînera l'extermination progressive des indigènes caraïbes. 

En 1650, Du Parquet, qui gouverne le territoire au nom de la "Compagnie", achète l'île de La Martinique pour son propre compte. 

Sous Louis XIV, en 1658, la Martinique est rattachée à la couronne de France. Puis en 1685, le "code noir" de Colbert met en application ce qui, selon lui, devrait être les "bonnes règles et usage de l'esclavage"... 

Reprise par les Anglais en 1759, l'île est rendue aux Français en 1763, à la suite d'un échange avec les terres du Canada, ratifié par le traité de Paris. Alors qu'en France la révolution gronde, à la Martinique s'opposent les clans royalistes et républicains. 

En 1791, le comte de Béhague parvient à reconquérir l'île et à hisser le drapeau à fleur de lis sur le seul territoire royaliste de la toute nouvelle République de France. Ces événements ont pour effet d’attiser les rivalités entre les békés blancs et les mulâtres alliés aux noirs affranchis, qui réclament une égalité de droits avec les blancs. 

En 1793, la Convention proclame l'abolition de l'esclavage et Béhague prend la fuite à l'arrivée du gouverneur Rochambeau. Cette abolition ne sera pourtant jamais appliquée puisque les royalistes s'allient aux Anglais qui reprennent à nouveau possession de la Martinique jusqu'en 1802. Le territoire passera de main en main plusieurs fois avant d'être rendu définitivement à la France en 1815 par le traité de Vienne. 

L'esclavage ne sera définitivement aboli que le 4 mars 1848.


Le 8 mai 1902, le Mont Pelé (au nord-ouest de l'île) se met en éruption et provoque la mort de 28 000 personnes, Saint-Pierre est détruit et Fort-de-France devient la nouvelle capitale. En 1946, la France met fin au statut colonial des Antilles et la Martinique devient département français avant de devenir une région à part entière en 1983.

Newsletter
Inscrivez vous à notre newsletter.
Je m'abonne
Je me désabonne

Sites amis : Tourisme Martinique - La-plongee.fr
www.excursions-passion.com © tous droits réservés

Site réalisé avec PowerBoutique - création e-commerce